Logotype Facebook Château d'Arlay
Logotype Château d'Arlay
 
Château d'Arlay
 

Une histoire vivante depuis le IX° siècle...

La tradition attribue la fondation du château à Gérard de Roussillon, comte-duc de la Haute Bourgogne au IXème siècle. Il fut transmis à ses héritiers, et attribué en 1269 à Jean de Chalon-Arlay, le premier du nom à qui l'on doit la constitution du vignoble. Jean I portait la devise "Chalon-Arlay maintiendrai". Il en fut ainsi jusqu'à Philibert de Chalon-Arlay, Prince d'Orange, Vice-Roi de Naples, le dernier du nom de cette illustre et puissante famille comtoise. Mort sans héritiers en Italie en 1530, Philibert lègue ses biens, ses titres et sa devise à son neveu, René de Nassau, fils de sa sœur Clauda, à charge pour lui de les relever. Lui-même meurt à Saint-Dizier en 1544 dans les bras de Charles-Quint, testant en faveur de Guillaume I de Nassau, dit le Taciturne, son cousin germain. Il sera le libérateur des "Provinces Unies" (Belgique et Pays-Bas) de la tutelle espagnole. Arlay aurait pu ainsi rester aux Nassau, si un évènement n'allait modifier le cours des choses.

 

Princes d'Orange, d'Isenghien...

Nous sommes en en 1683. Jean-Alphonse de Gand, Prince d'Isenghien fait vendre les biens comtois des Nassau, dont Arlay, et s'en rend adjudicataire en 1684. Il espère ainsi mettre un terme à un légitime procès en réclamation, que ses ancêtres ont commencé en 1530 (!) contre les Nassau.

Cependant, Louis XIV avait entre temps conquis la Franche-Comté et réquisitionné les biens en cause. Mais finalement il les restitue par le Traité de Ryswick (1697) à Guillaume III de Nassau, Roi d'Angleterre, mort en 1702 sans héritiers directs.

 

Il s'en suit un nouveau procès : les Isenghien obtiennent enfin leur droit à cet héritage, par un arrêt du Conseil d'Etat en 1730, étant entendu que les Nassau garderaient les titres attachés à ces biens.

Enfin est clos définitivement un interminable procès familial de deux siècles... Et c'est ainsi que l'actuel Roi des Pays-Bas Guillaume-Alexandre de Nassau porte le titre de Prince d'Orange et de Baron d'Arlay, et garde dans ses armoiries la fameuse devise des Chalon en français "Je maintiendrai".

 
Château d'Arlay
 
Château d'Arlay - Blason de Jean de Chalon

Sceau de Jean de Chalon,
dit l'Antique

Château d'Arlay - Blason de Philibert de Chalon

Armoiries de Philibert de Chalon,
Baron d'Arlay, Prince d'Orange,
Chevalier de la Toison d'Or

Château d'Arlay - Blason de Guillaume III

Armoiries de Guillaume III de Nassau, Prince d'Orange, Roi d'Angleterre

Château d'Arlay - Blason de la Famille d'Isenghien

Armoiries
des Princes d'Isenghien

Château d'Arlay - Blason de la Famille d'Arenberg

Armoiries
des Princes d'Arenberg

 
Château d'Arlay
 

De la Comtesse de Lauraguais
à la famille de Laguiche

C'est en 1773 qu'Elisabeth-Pauline de Gand, Comtesse de Lauraguais, Princesse d'Isenghien, héritière de la forteresse médiévale, transforme Arlay en un vaste domaine en 10 ans de travaux, peu de temps avant d'être guillotinée à la Révolution. En 1825, son petit-fils, le Prince Pierre d'Arenberg reprend la propriété, redynamise le vignoble et fait appel aux meilleurs artisans pour décorer une maison trouvée vide. Suivent Auguste et Ernest d'Arenberg, puis en 1915 son beau-frère le Marquis de Vogüé, et ses héritiers jusqu'à aujourd'hui, la famille de Laguiche.

Fait rarissime en Europe, le Château d'Arlay a toujours été hérité par dévolution légitime depuis sa fondation au Haut Moyen-Age jusqu'à ses propriétaires actuels.

 
Château d'Arlay - Comte de Lauraguais

Comte de Lauraguais

 
Château d'Arlay - Comtesse de Lauraguais

Comtesse de Lauraguais